Argumentaires

Accueil » Posts tagged 'égalité'

Tag Archives: égalité

Que devient notre rapport au temps ?

Le temps prend une place de plus en plus importante dans la vie de chacun. Mais il est souvent bien difficile de  percevoir comment cette importante s’insinue et modifie nos comportements. Quelques expressions tentent de décrire la situation. Elles reflètent plutôt une difficulté de positionnement et de compréhension: on n’a plus le temps, le temps passe plus vite et même, incantation ultime, le temps s’accélère…

D’un point de vue physique dire que le temps s’accélère n’a pas de sens. Par définition, l’accélération mesure la vitesse à laquelle la vitesse, d’un véhicule par exemple, augmente. Une voiture dont la vitesse augmente de 5 mètres par seconde chaque seconde pendant dix secondes subit une accélération de 5 m:s pendant  ces dix secondes. Une voiture dont la vitesse est constante a une accélération nulle. On comprend bien que parler de l’accélération du temps n’a pas de signification. Cela reviendrait à s’interroger sur la vitesse à laquelle la vitesse du temps change. Une journée aura toujours 24 heures. Pourtant cette expression voudrait bien traduire une perception de notre relation au temps.

La veillée qui occupait beaucoup de soirées il y a quelques décennies,  parce qu’il n’y avait guère d’autres occupations, a été remplacée par la soirée télé, la sortie au cinéma, une réunion, la lecture, le bricolage, les écrans, etc. Parfois même plusieurs de ces activités se succèdent dans la même soirée. C’est certainement ces multiples sollicitations qui nous fait dire que notre perception du temps a évolué.

Le physicien Etienne Klein résume parfaitement cette situation en écrivant dans un billet intitulé Non, le temps ne s’accélère pas : « Le succès de cette expression « le temps s’accélère » est révélateur: il en dit long, non pas sur notre époque elle-même, .mais sur le rapport que nous entretenons avec elle. (…) En réalité, nous sommes moins les victimes d’une prétendue accélération du temps que de la superposition de présents multiples qui entrent en conflit mutuel : en même temps que nous travaillons, nous répondons aux sollicitations de notre téléphone portable ou de notre ordinateur et écoutons la radio« .

Et il ajoute, fort justement : « Nous sommes tous au même endroit, mais nous n’habitons pas le même présent, nous ne sommes pas vraiment ensemble, n’avons pas le même rapport à ce qui se passe et ne faisons donc pas ‘monde commun’. Notre société abrite une entropie chrono-dispersive qui modifie l’intensité et la qualité de son lien social« .

Le temps étant toujours le même, plus nous voulons y insérer de présents multiples, plus chacun d’eux est réduit. Ce serait même devenu la caractéristique de notre société. « A notre époque les démocraties seraient devenues le règne des espaces temporels toujours plus restreints dont la nanoseconde peut être considérée comme le symbole » selon Carmen Leccardi dans son ouvrage Accélération du temps, crise du futur, crise de la politique qui parle de « nanocratie ».

La différence est d’importance. Si c’est le temps qui s’accélère, nous n’y pouvons rien, il faut subir. Si nous choisissons de vivre dans des présents multiples sans habiter le même endroit que les autres, la balle est dans le camp de chacun.

Publicités

Perte de confiance dans le fonctionnement démocratique

Un débat agite l’actualité depuis quelques jours, et encore plus à partir du 20 janvier quand commencera, à l’Assemblée Nationale, la discussion du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Plusieurs textes font débat pour les opposants à l’IVG. C’est le cas notamment :

  • de l’article 5 quinquies qui introduit un délit d’entrave psychologique (pour empêcher par exemple d’informer une femme qu’il existe d’autres solutions que l’IVG) en modifiant l’article L. 2223-2 du code de la santé publique,

(suite…)

Le référendum croate et le Conseil de l’Europe

Dimanche 1° décembre les Croates ont voté en faveur d’une révision de la Constitution visant à définir le mariage comme « l’union entre un homme et une femme ». C’est une association,  « Au nom de la famille », qui a fait circuler une pétition pour demander la tenue d’un référendum sur le sujet. Jusque-là, la constitution croate ne comportait aucune définition du mariage. Cette pétition a obtenu plus de 740 000 signatures (seulement 400 000 étaient nécessaires selon la Constitution). Le Parlement a ensuite voté pour la tenue du référendum ainsi demandé par 104 voix sur 151 députés. Le taux de participation au référendum a été proche de 38% pour 3,8 millions d’électeurs, soit environ 950 000 suffrages favorables. En vertu de la loi, les résultats du référendum sont validés quel que soit le taux de participation. (suite…)

Une norme pour mesurer les efforts de lutte contre les discriminations dans les organisations

A l’heure où la diversité représente une priorité en matière de cohésion sociale, les organisations peuvent s’engager dans une politique diversité pour prévenir et lutter contre les discriminations. La norme NF X50-902 propose de mesurer les effets des actions mises en place dans le cadre de cette politique. (suite…)

Congé parental : la charrue avant les boeufs

La réforme du congé parental est présentée comme une mesure visant peut-être d’ici la fin du quinquennat à faire  « passer de 18 000 à 100 000 le nombre d’hommes en congé parental. « C’est un objectif assez ambitieux » précise la ministre des droits de la femme. Cette mesure prévoit de maintenir à 3 ans la durée du congé parental, mais à condition que 6 mois soit assurés par le père. (suite…)

Réforme du congé parental

La ministre des Droit des femmes présente ce mercredi sa réforme du congé parental, destinée à inciter les pères à s’arrêter de travailler. Des avis variés s’expriment sur la question.

Certains parents s’inquiètent des mesures proposées. À partir de deux enfants, la durée du congé restera de trois ans, à condition que six mois soient pris par le second parent. Le congé sera sinon raccourci à deux ans et demi. Une personne qui interrompt totalement son activité professionnelle touche actuellement 573 euros par mois en France, comparé à 67% du salaire en Allemagne (avec un maximum de 1.800 euros). La ministre défend le système forfaitaire français, estimant qu’une indemnisation proportionnelle au salaire « favorise ceux qui ont les salaires les plus élevés ».

Sources à consulter :

Une loi contre les inégalités

Réforme du congé parental : « Une bonne affaire économique pour le gouvernement », déplore une mère

Vallaud-Belkacem : « Que les hommes partagent le congé parental ! »

« Si on accepte l’inégalité salariale, on accepte toutes les inégalités »

Place de l’identité de genre dans le droit français

Dans un communiqué publié le 27 juin, la Commission nationale consultative des droits de l’homme rend ainsi public son avis concernant la définition et la place de l’identité de genre dans le droit français, et les conditions du changement de sexe à l’état civil pour les personnes transidentitaires. La CNCDH avait été saisie par la ministre de la Justice Christiane Taubira et de la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem. (suite…)