Argumentaires

Accueil » Revue de presse » Apprendre à maîtriser les fausses informations

Apprendre à maîtriser les fausses informations

Pendant les dernières semaines vous avez reçu certainement des courriels d’alerte sur des sujets d’actualité avec la mention que c’était de la plus grande importance, à lire de toute urgence et de préférence à transmettre sans tarder à tout votre entourage pour le faire bénéficier de cette information de première main.

Bien entendu, après simple vérification, il apparaît qu’il s’agit d’une rumeur, d’une fausse information, d’une intox.

Mais comment déjouer le piège ?

Celui-ci fonctionne sur l’hypothèse qu’un message qui provient d’une proche connaissance n’est pas, a priori, suspect, qu’il ne peut être que vrai et qu’on peut donc lui faire confiance, même si l’émetteur avoue qu’il n’a pris le temps de vérifier pour ne pas retarder davantage l’instant de vous faire bénéficier de cette information capitale. Sauf  que cette connaissance l’a elle-même reçu d’une proche relation qui elle-même, etc… Et roule la fausse information !

Vérifier est pourtant facile. Par exemple pour le sujet « Macron financé par l’Arabie Saoudite » le lien inclus dans le courriel pointe vers le site «Le Soir.info», laissant croire qu’il s’agit du site du quotidien belge Le Soir. Or ce site est un faux.  Il ne faut ensuite pas beaucoup de recherches dans mon moteur de recherche préféré  pour trouver des articles sérieux qui démontent la fausse information :

Le Monde : Macron « financé par l’Arabie saoudite » : une intox massivement relayée par l’extrême droite
Libération : Quand Marion Maréchal Le Pen relaie un fake sur Macron
La Voix du Nord : Emmanuel Macron à nouveau victime d’une fake news
RTL Belgique : Le journal Le Soir victime d’un site publiant de fausses informations sur Macron
CrossCheck : Prétendu financement de la campagne de Macron par l’Arabie Saoudite

Le recoupement de ces quelques sources ne laisse aucun doute sur la tromperie. La prétendue information est venue d’un faux article, inventé de toutes pièces. C’est un cas d’école qui illustre bien les grosses ficelles de la fabrique des fausses nouvelles.

Dans la même veine, le thème de la taxation de propriétaires clairement démonté, notamment, par un article du magazine Capital.

Mais les informations douteuses peuvent aussi venir de publications supposées sérieuses, comme Valeurs Actuelles. Ardent défenseur du candidat Fillon, ce qui ne peut évidemment lui être reproché, le magazine a publié en février une contre-enquête sur ce qu’ils nomment « le complot anti-Fillon ». L’enquête en elle-même n’essaye pas de disculper mais tente d’établir d’où proviennent les informations données au Canard Enchaîné sans avancer de faits établis, comme le soulignent Europe1 et Les Inrocks. Le

Début Mars le même magazine met en avant une enquête d’opinion qui est la seule à placer en tête son candidat, contrairement à tous les sondages. Filteris, une entreprise canadienne spécialisée en « web-réputation », donne en effet une toute autre lecture de l’opinion des Français. Cette société n’est absolument pas un institut de sondage mais elle mesure le buzz que génèrent les personnalités politiques sur les réseaux sociaux, que ce soit positivement ou négativement. Le magazine écrit que Filteris avait déjà prédit la victoire de Trump (vrai) ou le Brexit (faux, ceci a même été démenti par Filteris soi-même), la victoire de Fillon au premier tour de la primaire (vrai) et en tire la conclusion qu’en « se basant sur cette méthode innovante, les résultats des intentions de vote du premier tour de la prochaine présidentielle sont bien différents que ceux annoncés par les instituts de sondage ». Mais il se garde bien d’éclairer ses lecteurs par la moindre mise en perspective critique, contrairement à ce qu’ont fait de nombreux médias faisant leur travail avec sérieux:

Francetvinfo Pourquoi il faut se méfier des « mesures » de Filteris
Le Monde Filteris, la pseudo-enquête électorale à prendre avec des pincettes
Les Echos Filteris a perdu son pari avec sa méthode de prévision contestée
Europe1 les instituts ont gagné une bataille

Pour aller plus loin :

Études bidons, rumeurs, boules puantes : le grand n’importe quoi de fin de campagne présidentielle
Libération : tous les bobards de la campagne du premier tour
Le projet Crosscheck Travailler ensemble pour donner des informations authentiques
Vérifier si ce n’est pas une rumeur http://www.hoaxbuster.com/
http://www.liberation.fr/auteur/15236-service-desintox

Décodex : vérifier une rumeur qui circule sur les réseaux sociaux

Pour ceux qui auraient fondé leur opinion en se basant sur une de ces fausses informations il n’est pas trop tard pour se nettoyer le cerveau.

Bien entendu ne pas transmettre ce message sans s’assurer qu’il ne comporte pas de fausses informations…

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :