Argumentaires

Accueil » Revue de presse » La RATP censure au nom de la laïcité

La RATP censure au nom de la laïcité

On avait connu un épisode sur la crèche à propos de la laïcité, voilà que la RATP invente la censure quand il est question des chrétiens d’Orient.

La RATP, par l’intermédiaire de sa régie publicitaire, a refusé la mention « au bénéfice des chrétiens d’Orient » sur les affiches pour un concert du groupe Les Prêtres. Il s’agissait tout simplement d’indiquer que ce concert était destiné à soutenir la cause des chrétiens d’Orient par l’intermédiaire de l’association L’œuvre d’Orient qui leur vient en aide matériellement.

Cette décision, justifiée par la neutralité religieuse dans l’espace public du métro, est incomprise par une majorité de personnes. A titre d’exemple ce sondage proposé par BFMTV.

bfmtvLe Parisien ne manque pas de souligner que la RATP n’a pas fait preuve de constance dans cette vision, citant  cette publicité avec un message culinaire souhaitant «Bon ramadan».

Les réactions ne se sont pas fait attendre, en premier lieu celle de l’Œuvre d’Orient qui a dénoncé une telle décision: « L’Œuvre d’Orient ne peut accepter que son action purement humanitaire au service d’une population violemment chassée de chez elle par le DAECH soit considérée comme un parti pris dans un conflit au Moyen-Orient« . Famille Chrétienne s’interroge : « Ce qui motive la RATP dans cette affaire est de rester neutre dans un conflit opposant deux camps luttant, selon elle, à armes égales, chacun au nom de principes qui ne lui appartient pas de juger. Daech ou les chrétiens d’Orient ? La RATP ne sait vraiment pas lequel choisir. Alors, comme dans les sondages, elle « ne se prononce pas », mettant ainsi sur le même plan les victimes d’effroyables exactions, qu’elle nomme pudiquement « atteintes », et leurs bourreaux engagés dans ce qui n’est autre qu’une épuration religieuse comme l’a souligné le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve le 21 mars à l’occasion d’une cérémonie d’accueil de deux cents chrétiens venus d’Irak et de Syrie place Beauvau« .

L’incompréhension s’exprime aussi du côté de La Vie qui demande « La RATP préfère-t-elle Gleeden aux chrétiens d’Orient ? » . L’hebdomadaire souligne que « cette décision a choqué certains internautes, étonnés de voir la RATP faire la « promotion de l’adultère » et refuser « une campagne pour les chrétiens d’Orient ».

Les politiques ne sont pas en reste. Le président du Sénat a annoncé vendredi que la haute-assemblée allait auditionner des responsables de la RATP. Valérie Pécresse a interpellé « solennellement » vendredi Ségolène Royal pour qu’elle intervienne comme ministre des Transports auprès de la RATP. Le député du PRG Joël Giraud a écrit à trois ministres pour solliciter leur intervention. Le sénateur Karouchi est explicite sur son compte Twitter : « Suis un défenseur de la République laïque mais quand la RATP interdit la référence aux Chrétiens d’Orient que Daech massacre je suis ulcéré!« . Même l’Observatoire de la laïcité, contacté par Libération, considère que l’argument de la laïcité ne marche guère et constitue « une interprétation excessive ».

Dans un premier temps la RATP se contentait d’attendre que la justice, qui a été saisie,  se prononce. Samedi 4 avril, veille de Pâques, elle fait marche arrière. « La RATP, dans un souci d’apaisement, et compte tenu de la situation humanitaire dramatique vécue par les minorités chrétiennes d’Orient dans les circonstances actuelles, a décidé d’offrir la possibilité de procéder à une nouvelle campagne d’affichage en mentionnant qu’elle est faite au profit de l’association L’œuvre d’Orient, sans attendre le résultat du référé qui doit trancher la question de principe la semaine prochaine. » a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Tout cela pour en arriver là! Avant d’agir n’aurait-il pas valu mieux réfléchir au nom du bon sens plutôt qu’au nom d’une interprétation discutable de la loi ?

Additif du 6 avril.

La marche arrière de la RATP ne satisfait finalement personne dans l’opinion publique. Toute la classe politique se déchaine ainsi que la rapporte le Nouvel Obs « Chrétiens d’Orient : la RATP dans l’embarras après avoir censuré une pub » ou Le Figaro « Chrétiens d’Orient: les politiques condamnent la RATP« . «Est-ce que c’est le mot chrétien qui leur brûle les lèvres?» demande Mgr Di Falco.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :