Argumentaires

Accueil » Revue de presse » PMA et GPA en arrière-boutique

PMA et GPA en arrière-boutique

Alors que la débat sur la PMA est officiellement repoussé en 2014 il resurgit de façon discrète, sous forme d’une enquête confidentielle réalisée par l’Académie Nationale de Médecine et le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français, comme pour mieux préparer le passage à l’acte.

Le site genethique.org  indique dans son analyse:  » Dans le contexte de tension crée par la loi sur le mariage pour tous du fait notamment de ses conséquences éventuelles sur la PMA et la GPA pour les couples de même sexe, il est fort étonnant de voir qu’un groupe de travail de l’Académie Nationale de Médecine se saisisse du sujet dans le plus grand secret interrogeant les praticiens sur leurs activités dans le domaine. Cela est d’autant plus surprenant que les citoyens, eux, ne seront consultés par le biais des Etats généraux organisés par le Comité Consultatif National d’éthique qu’au début de l’année 2014« .

Selon Le Figarocette «enquête confidentielle», menée «notamment» pour le compte de l’Académie, explique une lettre d’accompagnement, et avec l’aide du Collège national des gynécologues obstétriciens français, s’inscrit dans le cadre d’un «groupe de réflexion sur l’ouverture éventuelle de la PMA et de la GPA à des indications non médicales».

Il ne faut pas s’étonner de cette façon de faire qui est constante dans les comportements politiques. Chaque déclaration publique visant à calmer les esprits est suivie d’une action en coulisse poussant les pions via des groupes de pression agissant en arrière-boutique.

Ceci a été particulièrement le cas à propos de la loi de refondation de l’école, avec « l’abandon » de l’amendement sur le genre et la production du rapport sur l’égalité entre les filles et les garçons dans la petite enfance ou le rapport éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :